Est-ce que Kingsman : le Cercle d’Or détruit tout ce que Kingsman : Services Secrets avait établi ?

Est-ce que Kingsman : le Cercle d’Or détruit tout ce que Kingsman : Services Secrets avait établi ?
12 octobre 2017 Helene Delaunay
 

 

 

After the almost surprise success of Kingsman: The Secret Service, everyone was waiting for the sequel; Kingsman: The Golden Circle.

Let’s state right away that making a sequel is usually complicated. You have to be able to create something new, something different and even more amazing than the first film while keeping the original components that made the first film a success.

 

While watching the trailer 3 things come to mind:

   How were they able to bring Colin Firth’s character back?
   A parade of stars: the Kingsman franchise became super hype! It’s even weirder to see that considering that the first movie did not rely on a super-famous cast. The film revolved around Taron Egerton’s character even though Michael Caine, Colin Firth and Samuel L. Jackson also starred  in it. Having an unknown actor as the star of the film, enables the audience to identify with the character. It makes the characters and the story more anchored in reality. Indeed, it’s something M. Vaughn almost always do: have an unknown actor, or an unknown actor to the main public actor as the lead of his movies (Aaron Taylor-Johnson in “Kickass”, Fassbender, J.McAvoy & J. Lawrence in “X-Men First Class”). Because he is very good at choosing his cast, they usually become famous soon after.
     The third thing you notice is the fact that the story is set in the USA with the Statesmen. After spending the whole Kingsman movie teaching you that the British are far cooler than the Americans, Kingsman: the Golden Circle makes a U-turn to try to sell you that the Statesmen also live by the « manners maketh man » credo. But it’s quite contradictory to how they behave in the movie.
So then you wonder:

Did Kingsman 2 destroy everything Kingsman 1 build? Does Kingsman 2 live up to the hype of the series?

I think that contrary to what I read online, the movie did pretty good even if I concede that Kingsman: The Golden Circle has a lot of flaws. It also makes me afraid for the following of the franchise.

Taron Egerton stars in Twentieth Century Fox’s « Kingsman: The Golden Circle. »

 

WHAT STILL WORKS

Action!

If M. Vaughn is good at something, it’s filming action scenes: he has already proven it in Kingsman: the Secret Service and Kick-Ass.

Kingsman: The Golden Circle is a real action movie like Kingsman 1. There are lot of pretty impressive action scenes. Indeed, the opening one is pretty awesome even though some could argue that it’s not as great as the church scene in Kingsman 1. At least, it gets you in the mood of the film right away!

The pace of the film is quite nice even if some subplots force the story to go a bit slower. For instance, all the scenes with Eggsy about his relationships are not that interesting. But I do understand that the director wanted to develop Eggsy’s personal life so he has one more reason to save the world (like in Kingsman 1 where his mother and sister were in danger).  I read that some people found the scenes with Galahad’s recovery too long but it didn’t bother me. I’d rather they take time to make you believe in his possible-but-not-evident-recovery than just rush it because they have some asses to kick.

Bromance

Taron Egerton, left, and Colin Firth star in Twentieth Century Fox’s « Kingsman: The Golden Circle. »

One of the elements that make Kingsman 1 great is the relationship between Eggsy & Galahad. Mentor, substitute father, Colin Firth’s character taught Eggsy everything he knows about being a man and a Kingsman. This relationship makes the audience involved and root for them.

In The Golden Circle, you also witness the relationship between Eggsy and Merlin (Marc Strong) since the latter replace Galahad during his « absence ». It seems like it has to be an exclusive relationship to be real “bromance” (you’ll understand when you see the movie).

Still, the friendship between the Kingsmen is still here and make you care about them and thus about the story as well.

The “subversive” humor

« Kingsman: the Secret Service » also got famous thanks to that particular scene at the end of the first movie where Eggsy is rewarded for saving the world by being offered sexual favors by the Swedish princess…! The famous sentence: “we can do it in the ass”.

Even if this sentence is used in the second movie as a reference and makes it less funny, the same irreverent humor is still here in Kingsman 2. Sexual jokes, wtf situations (like all the Elton John scenes) or just turning some characters to ridicule (Like the current POTUS who vaguely remind you of someone even if the movie was shot before he got elected…), the impertinence is still here for our greatest pleasure.  This sequel movie makes reference to the first one, but it is mostly done with subtlety.

Some pop culture and a great soundtrack.

The music is very important in this franchise, it is basically a character of the movie.

The theme of Kingsman is pretty great and gets stuck in your head (it does reminds you a lot of the X-Men First class one though which was also composed by Matthew Margeson and Henry Jackman). But the highlight of the soundtrack is the song choices that play on the action scenes. Who can forget the Church scene in “Kingsman: The Secret Service” with “Free Bird” of Lynyrd Skynyrd while Colin Firth is slaying everyone? … or “Give it up” from KC and the Sunshine band plays while Valentine activates Doomsday and his disco ball!

In “the Golden Circle”, you have Elton John and a few of his songs in the movie. “Saturday night’s alright for fighting” gives rhythm to a huge action scene.

”Take me home, country roads” from John Denver is quite important to the story and I bet you, you will never listen to it the same way after viewing the movie.

Lastly, “Let’s go crazy” from Prince and the Revolution plays on the impressive opening sequence of the film.

All these music features give you the impression that you’re a watching an unconventional movie that doesn’t take itself seriously, a rock and roll movie indeed.

Moreover, the Kingsman movies make reference to popular films like “Pretty Woman”, “My Fair Lady”, the James Bond franchise or Indiana Jones’. Referring to those through mimicking scenes from the original movies or simply make the characters say their titles make them close to us. Furthermore, it makes you think that the director not only likes those movies but knows you also do. It gives you the impression to watch a movie made by a man who resembles you and who is …cool!^^

WHAT DOESN’T WORK

The villain is not scary

The story of the film came to M. Vaughn in dreams (Directors should maybe stop writing their movie based on their dreams! It was the same thing with Darren Aronofsky: see the article on Mother!).

The director said in the press kit: « I woke up one morning and I had the whole story in my head but the villain was causing problems. It is very hard to find a plot that is plausible, understandable and which would make sense today. ».

So of course, it is great to have inspiration coming to you like that but one should not forget to work on it afterward. From his own confession, the villain part of the story was hard to write. The problem is that a good villain is of paramount in a spy movie as Galahad said to Valentine in “Kingsman: The Secret Service”. It should probably have been the basis of the screenplay and not what came last.

Indeed, Julianne Moore interprets Poppy, who is supposed to have the monopoly on narco trafficking in the world. For having watched the tv show “Narcos »,  I know those criminals are another kind of scary. And her being one of them is hardly plausible. Even if she kills people as if it is nothing to her, you don’t believe that she is threatening or really psychopathic. She is weird but not really scary. She doesn’t have the charisma Mr. Valentine had, who was a nice counterbalance to Galahad. Not really sure if it is the writing of the character or the interpretation itself that poses problems, probably both. (Fun fact: Julianne Moore got the part through Colin Firth with whom she starred in “A Single Man”).

Julianne Moore in Kingsman: The Golden Circle

Moreover, Poppy’s motivations are not as clear and “logical” as Valentine’s were. She basically screws up her whole business because she wants to be famous. She is also tired of hiding and being away from her beloved America (not that her actions would help her come back!).

Her right-hand man is Charlie from Kingsman 1 and he is not charismatic either. His only cool feature is his robotic arm. You don’t really understand how he is protected by Poppy while he is still close to his ex. By the way, Poppy Delevingne’s character is just ridiculous. I don’t even know why she became so relevant to the story. She is the entry point to the rest of the bad guys but still as a pretext for that, it is not working.

To sum up, the villain clan is really inconsistent and is not credible.

Thankfully, there are subplots that keep you distracted from only focusing on the villain’s “threat” to the storyline on the coming back of the “original” Galahad. Without that, the story wouldn’t have worked at all in my opinion.

The problem with the Statesmen

Pedro Pascal stars in Twentieth Century Fox’s « Kingsman: The Golden Circle. »

During the whole first Kingsman movie, British class is demonstrated to be the ultimate cool thing. And you have to agree when you watch the film. British equals awesome and more importantly, it means better than American. Basically, Americans like Valentine have no manners and think a hamburger is a gourmet dish.

The problem with “Kingsman: The Golden Circle” is that we are supposed to forget that and adhere to an American Kingsman concept: the Statesmen.

First of all, I won’t discuss the casting of Channing Tatum as one of them but I must admit I wasn’t too pleased with that. He interprets a “bad boy” agent, far from the smartness of a Kingsman (some complained about his short time on screen, I didn’t^^). Halle Berry is the logistic expert but is no Merlin. Pedro Pascal is a bit misogynistic in not wanting that the former becomes a field agent. His fighting style is nonetheless cool even though seeing him saying the emblematic “Manners maketh man” phrase is pretty laughable. And I am not even talking about his backstory… Finally, Jeff Bridges has the charisma of a leader but his role resumes to drinking whiskey while praising his agents.

To sum up, Statesmen are not even close to Kingsmen in terms of “coolness” and make them merge, is kind of unnatural.

Jeff Bridges stars in Twentieth Century Fox’s « Kingsman: The Golden Circle, » Photo Credit: Giles Keyte.

Merch, merch, merch

The placement product doesn’t really bother me per say if it is well integrated to the movie. But in The “Golden Circle”, they really go for it.

In “The Secret Service”, it was still somewhat discreet (the Macdonald’s reference is not a product placement; the movie didn’t receive any money from the company as citing them was more to criticize them rather than promoting them). They partnered with a friend of Vaughn who owns Mr Porter, a cloth brand, and  did costumes during the first movie and they that sold instantly.

In “The Golden Circle”, the merch is part of the main story, they are vital objects for the agents. One must admit that it is pretty brilliant since the extra dollars from them seems to benefit Marv Films, Vaughn’s production company.

Bourbon, costumes, perfume, deodorant, aftershave, everything can be purchased for the audience’s own recreation. Vaughn got this idea after being forced to buy Disney merchandise for his children.

Matthew Vaughn on the set of Twentieth Century Fox’s « Kingsman: The Golden Circle. »

In this second movie, it becomes a bit much even though it is done the “Kingsman’s way” meaning super obviously and in a funny manner…so you forgive them!

 

To conclude, I think saying the movie is a failure like I have read on some blogs, is exaggerated. Once again, making a successful sequel is not easy. I found the movie very entertaining and funny. It also moved me at times almost to tears (I’m a sensitive person! but I am referencing to a particular scene, you will understand after seeing the movie). I didn’t get the impression that I had been betrayed by the director-co screenwriter-producer of the film M. Vaughn. It can be sometime the case with a sequel: just a pretext to make more money easily at fans’ expenses.

I still believe the Kingsmen are the quintessence of cool and I will definitely go and watch them in a third movie. That being said, I’m becoming slightly afraid for the future of the franchise especially after seeing the last scenes of “Kingsman: The Golden Circle”.

M. Vaughn should focus on what the audience loved in the first movie and maybe turn around the Statesman story rather than be pursuing it.  I guess you will have to wait and see, I am not feeling serene though…

 

Did you know?

Claudia Schiffer, M. Vaughn’s wife,  plays the aesthetician robot in Kingsman: The Golden Circle.

Twentieth Century Fox’s « Kingsman: The Golden Circle. »

The pseudo used by Galahad during his meeting with Valentine in “Kingsman: The Secret Service is the real name of the director: Matthew Allard de Vere Drummond.

The hands in the Poppy Delevingne and Taron Egerton’s sex scenes are Delevingne’s husbands’; Egerton refused to do the scene himself because he was too uncomfortable.

Actors Performance

Directing

Screenplay

Soundtrack

Final Note

Is it #DudeChick certified ?

Still cool AF!

#Dudechick, what’s that ?

Watch the trailer

 

 

Après un succès presque surprise avec Kingsman: Services Secrets, tout le monde attendait la suite avec impatience: Kingsman: Le cercle d’or.

Alors ce n’est jamais facile de faire une suite. Il faut pouvoir se renouveler tout en gardant les codes qui ont fait le succès de l’original. Une opération toujours périlleuse.

En voyant la bande annonce, trois choses interpellent:

  1. Le retour de Colin Firth : Comment ont-ils pu faire ça ?
  2. Le défilé de stars : Est-ce que Kingsman est devenu à ce point hype ?

C’est assez bizarre de constater cela lorsque l’on considère que le premier film n’était pas forcément base sur un casting hyper connu. Même si l’affiche comportait Samuel L Jackson, Colin Firth ou encore Michael Caine, le film parlait surtout de l’histoire d’Eggsy interprété par Taron Egerton, à l’époque totalement inconnu.

Caster un inconnu pour jouer le rôle principal permet aux spectateurs de s’identifier plus facilement à lui et d’ancrer l’histoire dans le réel. C’est d’ailleurs une véritable marque de fabrique de M. Vaughn de faire cela: Aaron Taylor Johnson dans “Kickass”, M. Fassbender, J. McAvoy & J. Law in X-Men: First class etc. Parce qu’il est si doué à caster des talents qui montent, ces acteurs deviennent très vite connus après avoir tourné avec lui.

3. L’histoire se poursuit aux USA avec les Statesman.

Après avoir établi que les British étaient bien plus classes que les américains dans le premier film, on fait un virage à 180 degrés avec Kingsman: le cercle d’or pour nous vendre qu’en fait les américains aussi sont cool et connaissent la devise “manners maketh man”(Les manières font l’homme). Ce qui est contradictoire quand on voit comment ils se comportent dans le film.

Donc on se demande d’emblée:

Est-ce Kingsman 2 détruit tout ce que Kingsman 1 avait établi ? Est ce que le 2 est à la hauteur du phénomène ?

Je trouve que contrairement à ce que j’ai pu lire sur certains blogs ou sites spécialisés, je trouve que le film s’en sort pas mal même s’il a quand même des défauts qui m’ont fait peur sur la suite de la franchise.

Taron Egerton dans Twentieth Century Fox’s « Kingsman: Le cercle d’Or . »

CE QUI FONCTIONNE ENCORE

Action !

Si M. Vaughn maîtrise une chose ce sont les scènes d’action: Kingsman 1 et Kick-ass sont là pour le prouver.

Kingsman 2 comme son prédécesseur est un vrai film d’action plutôt bien rythmé ! On a droit à des scènes super impressionnantes, peut-être pas à la hauteur de celle de l’Église de Kingsman: Services secrets mais la scène d’ouverture du cercle d’or est pas mal et met dans le bain tout de suite.

Le rythme du film est toujours agréable même si ici des subplots force l’intrigue à aller un peu moins vite. Par exemple, toutes les scènes concernant Eggsy et son couple ne sont pas des plus intéressantes mais je conçois que Vaughn ait voulu développer la vie personnelle d’Eggsy pour qu’il ait une raison de sauver le monde qui le touche plus (comme dans le 1 avec sa mère et sa soeur). Certains déplorent que les scènes avec Colin Firth soient trop longues mais ça ne m’a pas dérangé. Je préfère que l’on prenne le temps pour me faire avaler le retour de son personnage plutôt que l’on ne l’expédie au nom du fait qu’on veuille voir des mecs se faire taper avec style.

Bromance

Taron Egerton, et Colin Firth dans « Kingsman: Le Cercle d’Or. »

Un des piliers du premier opus est la relation entre Eggsy et Galahad. Mentor, père de substitution, il lui apprend tout ce qu’il sait afin de devenir un homme et un Kingsman. Cette relation nous embarque aussi, spectateurs et nous pousse à nous rallier à eux.

Dans le Cercle d’Or, on voit surtout la relation entre Eggsy et Merlin, puisque ce dernier remplace un peu Galahad pour Eggsy pendant son “absence”… jusqu’au retour de Galahad. On a un peu l’impression que la bromance doit rester exclusive… Vous comprendrez en voyant le film.

Toujours est-il que cette histoire d’amitié fonctionne encore dans ce film et nous investi émotionnellement.

L’humour “subversif”

Kingsman s’est aussi fait par cette scène à la fin du 1 où Eggsy se fait récompenser d’avoir sauvé le monde par une proposition sexuelle des plus alléchantes avec la fameuse phrase: “on peut le faire par derrière”.

Même si cette phrase est référencée dans Kingsman: Le Cercle d’Or et que du coup cette blague-ci n’est plus très drôle, l’humour décapant de Kingsman est toujours là. Blagues graveleuses, situations improbables (notamment toutes celles avec Elton John) ou se foutre carrément de certains personnages (comme le président des USA qui nous rappelle vaguement quelqu’un… même si le film a été tourné avant son investiture…), l’impertinence est toujours là pour notre plus grand plaisir.

La pop culture et une musique d’enfer

La bande son a une grande importance dans cette franchise.

Le thème musical est vraiment bien et reste dans la tête même s’il rappelle très fortement la musique de “X-MEN first class” egalement composée par Matthew Margeson et Henry Jackman. Mais le clou du spectacle est bien sur le choix des chansons accompagnant les scènes d’action.

Qui a oublié la scène de l’Église dans Kingsman: Services secrets sur “Free Bird” de Lynyrd Skynyrd… ou la chanson “Give it up” quand Valentine active “Doomsday” et sa boule à facettes ! Dans Kingsman: le Cercle d’Or,  nous avons Elton John et quelques unes de ses chansons notamment “Saturday night’s alright for fighting” venant rythmer une scène musclée. ”Take me home, country roads” de John Denver a une grande place dans le film et je parie que vous ne l’écouterez plus de la même façon après l’avoir vu.

Pour finir, l’impressionnante scène d’ouverture de Golden Circle est joué sur “Let’s go crazy” de Prince and the Revolution.

Cela nous donne l’impression de voir un film non-formaté, qui ne se prend pas au sérieux, un film rock and roll quoi.

De plus, les films Kingsman font références à des films très populaires comme “Pretty Woman” , “My Fair Lady”, “James Bond” ou encore “Indiana Jones”. Citer ce genre de références que ce soit à travers des scènes, clins d’oeil ou tout simplement les faire dire par les personnages nous rend proche d’eux. A fortiori, on se dit que le réalisateur non seulement aime ces films mais aussi sait que nous les connaissons et les apprécions aussi. On a l’impression de regarder un film fait par un homme qui nous ressemble et qui est… cool ! ^^

CE QUI FONCTIONNE MOINS BIEN

Le “vilain” qui n’est pas menaçant.

L’intrigue du film est venu à M. Vaughn en rêves (décidément il va falloir que les réalisateurs arrêtent de se baser sur leur rêve pour écrire leur scénario ! C’était également le cas avec Darren  Aronofsky ! voir l’article sur Mother!).

« Je me suis réveillé un matin avec toute l’intrigue du film en tête, mais le méchant me posait problème. C’est très délicat de trouver un complot qui soit plausible, compréhensible et qui ait du sens aujourd’hui. » dit-il dans le dossier de presse.

Alors c’est génial d’être touché par la grâce mais il ne faut pas oublier de bosser dessus après. De sa propre confession, même si la trame principale est venue tout de suite donc, tout ce qui concerne le “vilain” principal a été dur à trouver. Le problème est que comme dit Galahad à M. Valentine dans Kingsman 1, “un bon film d’espionnage c’est avant tout un bon méchant” et ici c’est l’élément qui lui manquait alors que sans doute cela aurait dû être le premier élément et la base du scénario.

En effet, le personnage de Poppy interprété par Julianne Moore est censé avoir le monopole sur le trafic de drogue mondial. Pour avoir regardé la série Narcos, si c’est elle qui fait peur à tous les cartels du monde, laissez-moi rire. Alors oui elle tue des gens sur des coups de tête mais on croit pas du tout qu’elle soit menaçante ou vraiment psychopathe. Elle est bizarre mais ne fait pas peur. Elle n’a pas non plus le charisme de M. Valentine qui faisait un bon contrepoids à Galahad, et Julianne Moore ne délivre pas une interprétation convaincante non plus. Elle a d’ailleurs obtenu le rôle via Colin Firth avec qui elle a tourné dans “A Single Man”.

Julianne Moore dans « Kingsman: Le Cercle d’Or »

Bref, un méchant en demi teinte qui sabote elle-même sa première source de revenus car elle veut être connue ? Ses motivations n’ont pas vraiment de sens lorsque ceux de Valentine étaient très clairs et quelque part “logique”…

Son bras droit, Charlie du numéro 1 n’a pas fière allure non plus, sauf peut-être grâce à son bras robotique. On ne comprend pas comment il arrive à plaire autant à Poppy (et donc rester en vie) pendant qu’il fréquente encore son ex. A ce propos, le personnage de Poppy Delevingne est juste ridicule. Je comprends même pas comment elle a pu être aussi importante dans l’intrigue. Elle fait figure de prétexte à ce que les Kingsman ait une piste vers Poppy mais c’est vraiment tirer par les cheveux.

Heureusement que les subplots et notamment l’histoire autour de Colin Firth et des conflits internes aux Kingsman viennent nous distraire et apporter des couches à cette histoire qui n’aurait pas du tout fonctionné si elle avait été intégralement centrée sur la menace de l’antagoniste principal.

Le problème avec les Statesman

Pedro Pascal dans « Kingsman: Le Cercle d’Or. »

Durant tout Kingsman: Services Secrets, on nous a présenté la British touch, la classe à l’anglaise comme le summum du cool, le but à atteindre, tout ça pour qu’on essaye de nous vendre leurs homologues américains dans le film suivant.

Rappelons que le 1er film a aussi été basé en grande partie sur le fait que les américains ont tout faux niveau manière Le personnage de Valentine prenait un hamburger Mcdo comme un repas gourmet et ne savait pas s’habiller convenablement.

Ici on essaye de nous faire aimer les Statesman mais ça ne prend pas trop. D’une, je ne reviendrai pas sur le choix de Channing Tatum pour se joindre au film mais bon, je n’étais pas emballée rien qu’à cette idée. Son personnage est un “bad boy” bien loin de la perspicacité des Kingsman (certains reprochent son peu de temps à l’écran, pas moi^^.

Halle Berry est l’experte logistique mais n’arrive pas à la cheville de Merlin. Pedro Pascal est à moitié misogyne (ne voulant pas que sa collègue féminine soit un agent sur le terrain) et même si il a un style de combat très cool, le voir dire “Manners maketh man” est assez risible. Et je ne parle même pas de sa backstory et de ses motivations.

Jeff Bridges a le charisme pour faire le leader du groupe bien que son rôle se contente à boire du whiskey à la santé de ses agents.

Bref les Statesman c’est autre chose, et les faire fusionner avec les Kingsman c’est quand même un peu contre nature.

Jeff Bridges dans « Kingsman: Le Cercle d’Or, » Photo Credit : Giles Keyte

Vous avez dit placement de produits?

Le placement de produit bien fait çe ne me dérange pas mais c’est vrai que dans ce film ils n’y vont pas de mains mortes. Dans le 1, il y en avait aussi mais c’était plus discret. Attention, la référence à Mcdo n’en était pas vraiment une, car la marque n’a pas payé et c’était plutôt pour desservir la marque plutôt que pour la mettre en valeur (voir notre rencontre avec le realisateur et Colin Firth a l’occasion de Kingsman: Services secrets ici). M. Vaughn a fait un partenariat avec un ami: MR PORTER et ont crée des costumes bases sur ceux du premier film et ont été vendus tout de suite.

Ici, les produits dérivés sont intégrés au scénario. Le parfum et le déodorant Kingsman sont des produits qui sont des gadgets essentiels à la survie des agents. On doit admettre que c’est assez brillants pour récolter des extra dollars pour M. Vaughn, car il semblerait que ce soit sa boite de production Marv films qui en récolte les fruits.

Bourbon, costumes, parfum, after shave tout y passe pour amuser les adultes encore enfants comme dit M. Vaughn. Apparement il aurait eu cette idée en s’inspirant des produits dérivés Disney que ses enfants lui force a acheter.

Matthew Vaughn sur le tournage de la Twentieth Century Fox’s « Kingsman: Le Cercle d’Or. »

Donc c’est un peu trop mais c’est tout de même fait avec beaucoup d’exagération et d’humour à la Kingsman donc ca passe encore…

Alors il ne faut pas exagérer en disant que le film est raté ou décevant car encore une fois faire une suite ce n’est pas simple. Le film m’a beaucoup fait rire, m’a fait passer un bon moment et m’a même émue à certains moments.

Je n’ai pas eu l’impression d’avoir été trahie par le réalisateur-co-scénariste-producteur M. Vaughn ce qui peut souvent être le cas de franchises qui survivent que pour engranger de l’argent “facilement” sur le dos des fans. Je pense toujours que les Kingsman sont la quintessence du cool et je les reverrai bien une 3eme fois à l’écran. Mais je tire tout de même la sonnette d’alarme pour la suite.

Il s’agirait de ne pas oublier ce qui nous a fait tomber amoureux de la franchise et de redresser la barre. Pas sûr que ça soit le cas quand on voit les dernières images du film qui tease le 3eme…

Le saviez-vous?

La femme du réalisateur n’est autre que Claudia Schiffer et elle interprète le robot esthéticienne.

« Kingsman: Le Cercle d’Or » de la Twentieth Century Fox

Le pseudonyme utilisé par Galahad (M. Devere) lors de sa rencontre avec M. Valentine dans “Kingsman: Services secrets” est le vrai de M. Vaughn: Matthew Allard de Vere Drummond.

Ce ne sont pas les mains de Taron Egerton dans sa scène hot avec Poppy Delevingne: l’acteur se sente trop gêné et c’est le mari de l’actrice qui s’y ait collé.

 

Performance des Acteurs

Réalisation

Scénario

Bande Originale

Note Finale

Est-ce #DudeChick ?

Au fait #Dudechick c’est quoi ?

Regarder la Bande Annonce

Performance des Acteurs

Réalisation

Scénario

Bande Originale

Note Finale

 
Experte des films indépendants. Du sud américain. Avec envolée d'oies sauvages. Et filtre Instagram. #Sundance

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*