Mon problème avec La La Land de Damien Chazelle

Mon problème avec La La Land de Damien Chazelle
5 octobre 2017 Helene Delaunay

De Grandes espérances.

Avant toute chose, je tiens à m’excuser car je ne pense pas être très objective (mais qui l’est ? un robot ?). J’ai entendu tellement de bons échos sur La la land et il a gagné tellement de prix que bien évidemment je m’attendais à quelque chose de  grandiose. Mais j’ai été déçue.

Oh ! comme j’aurais voulu aimer ce film. J’adore les films indépendants type “feel good movie“ portés par un réalisateur prometteur (voici notre tableau des réalisateurs à suivre sur pinterest) en couleurs pops, les comédies musicales et bien sûr tout ce qui est avec Ryan Gosling (sauf Lost RIVER ^^).

La la land commence avec ces trois mots doux : “Presented in Cinemascope” (présenté en cinémascope). Le Cinemascope était utilisé principalement entre les années 50 et 60 pour filmer dans un format large grâce à une lentille anamorphique, une révolution à l’époque. Le film a été tourné sur pellicule (non pas de manière numérique comme la plupart des films aujourd’hui) avec un équipement Panavision dans un format large comme le Cinemascope, mais sans ses problèmes techniques (notamment une distorsion de l’image avec les plans rapprochés). Bref, le fait d’être présenté en Cinémascope était un hommage sympa aux comédies musicales des années 50 filmées dans ce format. Cela m’a bien sûr rappelé instantanément les films de Jacques Demy et les numéros dansés et chantés en costumes couleurs flashy et polos. Malheureusement, l’inspiration reste en surface, dans les apparences.

L’histoire se déroule à Hollywood et relate une histoire d’amour entre deux artistes qui veulent réussir, la galère pour y parvenir et le jazz. Les thèmes préférés de Chazelle.

Tout d’abord, les chansons ne sont pas très nombreuses. C’est une bonne et une mauvaise nouvelle. Une mauvaise nouvelle car ce n’est pas une comédie musicale comme on pourrait le penser ou la quasi-totalité du film est chantée. Mais cela devient une bonne nouvelle car Ryan Gosling et Emma Stone ne chantent pas si bien (ce qui est apparement une volonté du réalisateur pour que cela soit plus authentique (source). Cela enlève selon moi un grand intérêt à cette comédie musicale.

La bande originale et les chansons sont superbes comme on pouvait s’y attendre, bien que le thème principal (“City of Stars”) soit répété maintes fois dans le film, ce qui à la longue pouvait lasser.
Un autre bon point pour le film : la photographie est magnifique mais on le savait déjà rien qu’en regardant la bande annonce et quelques images du film.

Maintenant que nous avons parlé des points positifs du film, essayons de creuser un peu !

Le souci avec leur “amour”

La la land se concentre sur le personnage d’Emma Stone, Mia qui essaye de percer dans le cinéma mais qui “galère”. En effet, elle est barista dans un studio hollywoodien et est contrainte de passer auditions après auditions avec des gens qui ne s’intéressent pas du tout à elle. Emma Stone interprète très bien cette actrice, à tel point qu’elle arrive à nous montrer que Mia est également une bonne comédienne. Mais je la trouve moins impressionnante quand elle chante et danse.

Son amoureux est le personnage interprété par Ryan Gosling, Sebastian, qui est un pianiste fier et passionné qui souhaite  “sauver le jazz”. Il pousse Mia à se dépasser alors que lui ne suit pas vraiment ses propres conseils.

Quand ils ne sont pas occupés à chanter et danser de manière “cute” (aïe), ils ont des conversations existentielles sur la manière dont ils pourraient réaliser leurs rêves.

Ryan Gosling et Emma Stone ont déjà joué ensemble dans plusieurs films (« Gangster Squad », « Crazy Stupid Love ») donc on a déjà vu l’alchimie qu’il y avait entre eux. Mais dans ce film, j’ai du mal à être convaincue par leur histoire d’amour. Peut-être est-ce dû aux ellipses ou peut-être au fait qu’en y regardant de plus près, leur personnages ne semblent pas si amoureux que ça.

*Attention petits spoilers*

Tous les obstacles de leur histoire sont faussement dramatiques:
– Sebastian a du succès donc ils ne passent pas leur  temps libre ensemble ou Mia ne peut pas le rejoindre car elle doit répéter sa pièce qu’elle a écrit et qu’elle joue seule ! (peut-être qu’elle pourrait répéter ailleurs, non?).
– Il a une séance photo qu’il ne peut pas manquer donc impossible pour lui de la voir jouer à la première de sa pièce.
– Elle a du succès et doit aller à Paris et c’est si loin et il est tellement occupé avec son succès (ah bon non il a en fait démissionné!)
– Elle doit se concentrer sur sa carrière donc pourquoi ne pas la larguer pour qu’elle puisse ne pas être distraite par lui et se sentir alors totalement déprimée ?
Je ne comprends pas cette idée de devoir toujours être célibataire pour pouvoir réussir ! Il y avait la même scène dans
Whiplash où Miles casse avec sa copine trop sympa pour se concentrer sur son art.

*fin des spoilers*

Bref, c’est sûr que si tout ça est insurmontable pour eux, pas sûr que ce soit vraiment le grand amour ou comme Chazelle le décrit dans le dossier de presse du film “L’amour de leurs vies.

Ils sont aussi très durs quand ils se jugent l’un l’autre. Pour ne rien arranger, Mia se comporte souvent comme une enfant, ce que Sebastian ne manque pas de lui faire remarquer. “Tu es un bébé”, lui dit il.

En réalité, La la land est un film qui parle plus de gens qui s’aiment eux-mêmes et leur passion plutôt que s’aimer l’un l’autre.  

Donc si ce film ne parle pas vraiment d’une grande histoire d’amour, de quoi parle-t-il?

Le problème est que toute cette histoire est principalement basée sur le fait que cette relation fait obstacle à leurs ambitions. Ainsi, que nous reste t-il en terme de tension dramatique et d’intrigue si on élimine ces éléments ?

Le film manque cruellement de tension dramatique

La tension dramatique est le nerf de la guerre dans un film. C’est ce qui va nous faire vibrer, nous tient en haleine, nous fait ressentir des émotions, nous donne envie de suivre des personnages.

Etant donné que leur amour n’est pas vraiment crédible, où va-t-on trouver un supplément de tension dramatique dans cette histoire ?

Le parcours initiatique d’anonyme à star de cinéma ? Bof, car on ne voit pas la lutte à l’écran.

On apprend que Mia lutte depuis 6 ans pour percer. A part à travers quelques auditions, on ne s’en rend pas compte et surtout, on ne le ressent pas.   

Il y a peut-être aussi un problème de rythme dans ce film. En comparaison, Whiplash avait un rythme très rapide. Mais cela servait le scénario et la musique jazz, et installait une certaine tension jusqu’au climax du film.

Peut-être qu’il aurait fallu prendre plus son temps pour que l’on puisse connaître les personnages de manière plus approfondie. Ainsi, on aurait pu peut-être croire à leur attachement. Les ellipses comme je le disais plus haut, n’ont pas aidé… Encore une fois, ils ont l’air sympas et “mimis”. Du coup, il devient très dur de s’identifier à eux, de souffrir avec eux, même de les comprendre parfois. Ainsi, On apprécie les voir ensemble et les voir réussir, mais la galère et les sacrifices, pas du tout.

Du coup, sans tension dramatique tout ça a un goût fade. Quelle ironie pour un film avec une photo si pop ! Blah Blah Bland ! (Ce n’est pas de moi mais de quelqu’un qui a encore moins aimé le film que moi !)

Un film qui aurait pu être un chef d’oeuvre

En fait, La la land aurait pu être un grand film, mais c’est un juste un film “cute” (et non pas culte!) qui vous laisse ni heureux, ni triste, ni secoué. Cela vous passe dessus comme une tendre brise et vous donne quelques sourires. Mais cela ne vous donne pas l’impression que vous ayez assisté à du grand art comme on a pu le lire partout. Ce n’est pas comme un film qui est à la hauteur de son record de nominations aux oscars (non pas que cela soit la faute du film d’avoir autant de succès). Comme je le disais, j’avais certaines attentes.

Ainsi si je devais résumer le film, je dirais que c’est une histoire sympa de deux personnes qui veulent réaliser leurs rêves. Ils s’inspirent l’un l’autre sans être vraiment amoureux. L’histoire est assez superficielle, les personnages peu développés. La tension dramatique du film se repose uniquement sur des problèmes amoureux peu crédibles. Il y a des numéros musicaux sympas et de bonnes chansons qui restent dans la tête. Les couleurs et la photographie sont belles et rappellent les films de Jacques Demy.

Comme j’ai beaucoup aimé Whiplash, je veux donner une autre chance à Chazelle et peut-être l’occasion de me montrer qu’il ne s’intéresse pas uniquement aux artistes blancs, égocentriques et privilégiés. Au moins, vous pouvez apprécier la vraie star du film : le très doué Justin Hurwitz (Whiplash) qui a composé une fois de plus une superbe bande originale et laisser le reste.

 

Performance des Acteurs

Réalisation

Scénario

Bande Originale

Note Finale

Est-ce #DudeChick ?

C’est beau et assez cool mais trop goody goody pour être dudechick.

Au fait #Dudechick c’est quoi ?

Regarder la Bande Annonce

 

 

Experte des films indépendants. Du sud américain. Avec envolée d'oies sauvages. Et filtre Instagram. #Sundance

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*