The Limehouse Golem de Juan Carlos Medina

The Limehouse Golem de Juan Carlos Medina
2 septembre 2017 Priscilla Ruffe

Adapté du roman de Peter Ackroyd, Dan Leno and the Limehouse Golem, ce film de l’époque victorienne pourrait bien vous surprendre et vous faire frissonner.

Bizarre, lugubre, gothique, ce sont les mots qui me viennent à l’esprit quand je pense à ce film. The Limehouse Golem est un film d’épouvante britannique se déroulant à l’époque Victorienne et dans une atmosphère digne de l’oeuvre de Mary Shelley à un tel point que j’avais parfois l’impression que Frankenstein n’allait pas tarder à débarquer ou que Sherlock Holmes de Sir Arthur Conan Doyle allait entrer en scène pour élucider l’affaire judiciaire qui entoure cette histoire avec de faux airs de Jack l’Eventreur.

En plus d’un film d’épouvante, il s’agit donc également d’une affaire de police lors de laquelle l’inspecteur John Kildare (Bill Nighy) tente de découvrir qui est à l’origine des meurtres s’étant déroulés dans le District londonien de Limehouse, tout en voulant innocenter Elizabeth Cree (Olivia Cooke), accusée d’avoir empoisonné son mari.

Mélangeant fait actuels et flash backs retraçant l’histoire d’Elizabeth Cree, le film parvient à nous faire poser quelques questions, à nous demander qui est réellement Golem, l’auteur de tous ces crimes. Même si l’histoire pousse à ne voir qu’un seul et unique criminel, la longue liste des suspects nous oblige à retracer tous les indices de l’enquête afin de savoir si l’inspecteur a raison ou non. Le film parvient ainsi à nous surprendre même lorsqu’on pense que la surprise est déjà passée.

Les acteurs principaux Bill Nighy, Douglas Booth et Olivia Cooke interprètent leur rôle sans faute note. Je donne quand même une mention spéciale à Douglas Booth (vu dans The Riot Club) dont le personnage Dan Leno, propriétaire d’un music hall, lui permet de montrer un peu plus ses talents d’acteur.

Mon petit bémol serait sans doute pour la bande originale. Un tel film aurait  mérité une musique un peu plus pensante, un peu plus intense, permettant de mettre le spectateur un peu plus sous-tension car  la bande originale de Johan Söderqvist me paraissait assez inexistante.

The Limehouse Golem reste plus une enquête policière qu’un film d’épouvante mais ça ne vous empêchera pas frissonner lors de quelques scènes.

Performance des Acteurs

Réalisation

Scénario

Bande Originale

Note Finale

Est-ce #DudeChick ?

Des acteurs au top, une époque que l’on ’affectionne et qui aurait pu être un film de la Hammer.

Au fait #Dudechick c’est quoi ?

 

Regarder la Bande Annonce

Spécialiste de la Britishness et des films de superhéros "de type insecte" #BAFTA

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*