Mémoires de Jeunesse de James Kent

Mémoires de Jeunesse de James Kent
2 octobre 2015 Priscilla Ruffe

GLADIATOR FRANCAIS NB 900x900 RATING

Adapté d’un roman autobiographique, Mémoires de Jeunesse est une belle histoire rendant hommage à ces jeunes adultes s’étant courageusement engagés dans la résistance lors de la Grande Guerre.

Comme d’habitude, c’est le genre d’univers qui me botte toujours à chaque fois que je regarde la bande annonce, et qui me fait aussi souvent grincer des dents dans un premier temps. J’ai cru d’abord être encore tombée sur l’histoire d’une jeune anglaise de bonne famille se revendiquant indépendante, féministe avant l’heure et clamant qu’elle ne tomberait jamais amoureuse avant de justement s’amouracher et d’oublier ses rêves d’indépendance.

Mais heureusement je me suis trompée !

Mémoire de Jeunesse n’est pas une histoire d’amour (qui n’est qu’une sous-intrigue du film) mais une véritable histoire d’amitié entre Vera (Alicia Vikander), son frère Edward (Taron Egerton vu dans Kingsman) et ses amis Victor (Colin Morgan) et Roland (Kit Harington aka Jon Snow dans Game of Thrones) dont Vera tombe amoureuse, de deuil et de reconstruction après la première guerre mondiale. Nous les voyons tous évoluer dans un premier temps d’un point de vu éducatif – les trois jeunes hommes sont étudiants à Oxford et Vera a pour rêve de les y rejoindre pour apprendre plus tard – puis du point de vu de la guerre, chacun pensant devoir faire son devoir, en tant que soldat pour les jeunes hommes et en tant qu’infirmière pour Vera.

Globalement, Taron Egerton, Colin Morgan et Kit Harington interprètent très bien leurs personnages, dont l’amitié reste indéfectible malgré les tourments militaires et sentimentaux. Mais Alicia Vikander (encore à l’affiche dans Agents Spéciaux Code UNCLE) a su donner une crédibilité à l’évolution du personnage de Vera au cours du film. D’abord une jeune fille protégée par ses parents, elle s’émancipe au fur et à mesure que la guerre progresse. On parvient à avoir de l’empathie pour ce personnage et la bande originale composée par Max Richter n’y est pas pour rien. Elle rend le film particulièrement émouvant.

La guerre n’est pas ce qui importe le plus, le fond de cette histoire sont les dommages qu’elle crée et qui nous affecte jusque dans la salle de cinéma. Mémoires de Jeunesse est un film à ne pas manquer.

Performance des Acteurs

Réalisation

Scénario

Bande Originale

Note Finale

Est-ce #DudeChick ?

Film classique mais beau et très bien interprété qui ne peut laisser personne indifférent.

Au fait  #Dudechick c’est quoi? 

 

 

Voir la Bande Annonce

Spécialiste de la Britishness et des films de superhéros "de type insecte" #BAFTA #MCU

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.