Le Hobbit : La Bataille des cinq armées

By in Reviews

Vignettes-ratings-GOLLUM-Fr-1000x1000 (1)Le Seigneur des Anneaux  ou la tristesse. La tristesse de voir cette saga massacrée par ce film faut bien le dire raté. En tant que fan des bouquins et des films, j’attendais beaucoup du film, ce dernier volet qui devait mettre fin à 20 ans d’investissement de Peter Jackson, un tournage commencé il y a 16 ans (pour le premier film du Seigneur des Anneaux “la communauté de l’anneau”), et 6 films…

C’est peut-être cela le problème: d’avoir espéré une deuxième trilogie à la hauteur du Seigneur des Anneaux avec “le Hobbit”.

D’une part, le matériel de base c’est à dire le livre en lui-même, n’avait pas vocation à être relaté en 3 films. Au départ, il était question de n’en faire que deux. Si bien, qu’un conte pour enfant qu’est “le hobbit” a été étiré au maximum “diluant” l’intrigue pour donner des films assez creux et des constructions de films assez gênantes…notamment sur ce dernier film (voir la partie avec spoilers ci dessus).

L’autre gros problème de cette trilogie, c’est le fait que Peter Jackson n’avait pas envie de réaliser ces films. C’était Guillermo del Toro qui devait s’y coller (réalisateur de “Pacific Rim” “Le labyrinthe de Pan” ou “Hellboy”) et qui finalement se retrouve au générique en tant que consultant et co-scénariste. En réalité, Peter Jackson avait déclaré avoir donné tout ce qu’il avait avec la trilogie du Seigneur des Anneaux et avait prévenu qu’il ne pourrait pas faire plus avec celle-ci…et il avait raison.

HBT3-fs-340682.DNG

Peter Jackson qui arrivait parfaitement à allier spectacle et intelligence, humour et émotion, pouvant expliciter les intrigues les plus complexes, a signé ici une caricature de son propre style. C’était déjà le cas dans le premier “Hobbit: un voyage inattendu” où les plans très dramatiques sur Gandalf étaient les mêmes que ceux dans le premier du volet du “Seigneur des Anneaux”. C’était un peu moins le cas dans le deuxième “hobbit: la désolation de Smaug” que l’on avait préféré.

Dans ce film, c’est un vrai festival : zoom avec répliques qui tuent (plus), le personnage de Legolas poussé à l’extrême (on ne parle pas de ses  yeux fluorescents), le personnage peu cohérent de Thranduil, la love story Tauriel-Kili ) créée de toute pièce (qui passait dans le 2 mais pas dans le 3), des personnages caricaturaux de Bard et d’Alfrid ”le trickster” (y compris dans leur interprétation) et j’en passe…même la musique est caricaturale.

Movie Guide Me Le Hobbit Richard Armitage

On nous indique quand on doit rire, sursauter, pleurer … On voit gros les ficelles d’un réalisateur qui nous ressert les recettes de son succès sans grande inspiration.

Des scènes d’acrobaties de Legolas ridicules (les gens rigolaient à des moments dramatiques), des tirades sur l’amour too much, des incohérences dans les personnages, du sur-jeu…bref un gros bordel rattrapé uniquement par une scène avec Galadriel, le talent de Richard Armitage et Martin Freeman (même si la scène finale est limite). Attention, c’est bien filmé mais la mise en scène tend vers le  grotesque. Et c’est en prime assez cucul. Pas de grandes émotions comme dans ses autres films (cela dit “le hobbit” 1 était bof et “le hobbit” 2 étaient juste un bon teasing du “hobbit” 3) bref, on est super déçu. Fallait s’arrêter aux Seigneur des Anneaux. Alors en faisant abstraction du Seigneur des Anneaux, on peut apprécier ce film en tant que spectacle presque…oserais-je le dire?…comme  un film de Michael Bay…

Les scènes spéciales What the Fuck?!!

(attention avec spoilers à lire uniquement si vous avez vu le film)

>>> VOIR PAGE 2 ICI

Experte des films indépendants. Du sud américain. Avec envolée d'oies sauvages. Et filtre Instagram. #Sundance

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.